Le mas rouge à l’abandon

6 Oct 2020 | Hérault, Urbex

Nous sommes dans ces lieux où le sol prend l’éclat de l’ocre, argiles rouges teintés d’oxyde de fer, sol vivifiant, contrastant avec la clarté du ciel héraultais. C’est dans ces garrigues rougeâtres, fortement marquées par l’activité humaine, que gît les ruines d’un mas, fier représentant de ces animations passées.

Ici on vinifiait, on s’occupait des troupeaux… La vie dans un mas des garrigues en somme, jusqu’à ce que les extractions minières viennent remplacer tout type d’activité pastorale.

Ici, les planchers ont été les victimes du temps et des infiltrations d’eau, certaines parties et certains niveaux du bâtiment ne sont pas accessibles. La toiture a elle aussi largement souffert et se retrouve inexistante sur une bonne moitié de l’édifice

La nature reprend ses droits, à l’image d’un figuier et du nuage de ronces entourant son tronc et obstruant un des accès aux pièces à vivre, obligeant à faire un détour par des couloirs où les papiers peints, colorés et écaillés donnent une ambiance bien différente à chacune des pièces que nous offre le lieu.

Un bon vieux lit à paille et à ressorts perché sur les lambourdes restantes.
Blog de voyage La Vague Intrépide

Sur la route, on passe à côté d’un magnifique lac au fond d’une profonde cuvette, reste des activité minière et des carrières de bauxite. l’eau se teinte d’une couleur presque turquoise, à mi chemin entre le vert vif des pins et le bleu pétulant du ciel. Un plaisir pour la rétine, auquel se joint à nouveau le rouge ferreux des argiles, sublimé par les rayons du soleil couchant. Le temps semble s’être arrêté dans ces garrigues.

Et on finit cet article avec une photo d’une garrigue en feu, ardant, brûlant d’émotion, nous rentrons les yeux chargés de couleurs à la vue de ces paysages.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *