Hypogée d’Arles

17 Juin 2021 | Découvertes

Quelques part, dans les garigues près d’Arles, le long d’une départementale se trouve un plan incliné descendant dans une grotte. Il s’agit là d’un hypogée, on en retrouve plusieurs dans le pays arlésien. Mais qu’est ce donc ?

En archéologie, un hypogée est une construction souterraine et plus spécifiquement une tombe creusée dans le sol.

Entrée de l’hypogée

Dans notre cas, il s’agit plutôt d’une structure de type Dolmen, entièrement creusée à la main et recouverte de grandes dalles de pierres, fermant ainsi le tombeau. D’ailleurs, il y a une pierre manquante laissant un puit de lumière à l’intérieur.

Les fouilles ultérieures et l’étude des objets archéologiques, trouvés en grand nombre à proximité des hypogées, en permettront la datation. Tout indique qu’ils ont été édifiés à partir de 3 500 ans av. J.-C. et ont été utilisés jusqu’à 2 000 av. J.-C. On est donc face à un monument plus vieux que les grandes pyramides de Gizeh en Egypte !

La cheminée du Faure

Cet hypogée est appelé aussi grotte Arnaud du nom de la famille propriétaire lors de sa découverte, et encore parfois grotte du Fabre (forgeron en occitan). En effet, un forgeron s’est installé dans l’hypogée pour y mettre son atelier. Il a donc fait une ouverture dans la troisième dalle de couverture, c’est la cheminée du faure.

Les parois mousseuses offrent une certaine fraicheur dans ce cagnard de garrigue
Sur cette photo, on distingue bien la dalle manquante.
Le fond de l’hypogée
Entrée en demie lune de l’hypogée

Pour infirmation, cet hypogée est classée au titre des monuments historiques depuis 1992 et est le seul des hypogée du coin ouvert et accessible au public. Bonne découverte !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *