Le château qui attend

Un propriétaire qui vide les lieux, un promoteur véreux qui fait de grandes promesses, et un bâtiment classé monuments de France, voilà le topo de l’exploration du jour. Un château qui attend patiemment d’être rénové et de pouvoir proposer des activités.

Il faut dire que c’est bien dommage d’avoir de grandes pièces vides, représentant plusieurs centaines de mètres carrés, qui sont là, à attendre, en voyant passer quelques explorateurs, urbexeurs et photographes.

Notre exploration commence par une chapelle, découverte de sa toiture et balafrée par les années.

Nous progressons lentement, à travers les bosquets, vers ce que nous avons identifié comme un (très) grand château. Il fait gris, il tombe quelques gouttes, et les bourrasques de vent se font de plus en plus ressentir. L’ambiance digne d’un château hanté s’installe.

L’entrée du château et ses colonnes de marbre.

Nous sommes rentrés dans le château au moment exact où la pluie et le vent décident de s’inviter dans notre exploration. Bien que nous soyons à l’intérieur, le vent était toujours présent dus aux nombreux courants d’air causés par des ouvertures béantes dans la toiture où bien des fenêtres mal fermées.

Un ensemble de bruits, plus ou moins étranges accompagnent ces bourrasques, surtout lorsque nous décidons de nous enfoncer dans les couloirs sombres et inconnus… Volets qui claquent, tapisseries qui dansent et autres sons difficilement explicables, le tout de manière totalement irrégulière et chaotique dans un vieux bâtiment, en principe vide de toute présence humaine (c’est ce que nous pensons).

Le château est tout de même extrêmement bien conservé, pour un urbexeur bien sûr. Aucun tag ni graff ne viennent détériorer les tapisseries qui ont pour la plupart survécus aux temps.

Les pièces y sont aussi vastes, avec une grande hauteur sous plafond, nous visitons là une propriété construite par la noblesse du XVIIIe !

Pas d’idées pour la date, mais on est à l’époque des francs
Le tapis rouge nous est même déroulé !
La terrasse sous un soleil de crépuscule
Le château vu de loin, avec les restes du jardin à la française

Après cette trépidante visite, et avant de rentrer, nous nous dirigeons vers un corps de bâtiment dont les images satellites laissent facilement supposer un effondrement quasi total de la toiture.

Quelle fut notre étonnement à la découverte de cuves et de grands tonneaux ! Nous avons atterris, un peu par hasard, mais guidé par notre flair, dans une cave de vinification !

Blog de voyage La Vague Intrépide
Blog de voyage La Vague Intrépide
Blog de voyage La Vague Intrépide
Blog de voyage La Vague Intrépide

Notre exploration s’arrête ici. Nous sommes passés d’une des ambiantes les plus glauques vécues en urbex, de par le temps maussades et la multitudes de bruits, pas tous expliqués, à l’intérieur du chateau à une ambiance des plus quiétude avec un coucher de soleil sur la façade du bâtiment et la découverte d’un urbex dans l’urbex !

On restera marqué par l’absence quasi totale de tags, chose rare en exploration urbaine. Ce lieux est à préserver le plus longtemps possible ! (Par conséquent, je ne donnerai en aucun cas sa localisation).

Laisser un commentaire